Les 10 endroits les plus accueillants pour faire des affaires – Rapport Doing Business 2019 de la Banque mondiale

Selon le rapport 2019 de la Banque mondiale intitulé Doing Business 2019, 190 pays sont classés en fonction de la facilité avec laquelle on peut y faire des affaires, compte tenu des réglementations commerciales, des droits de propriété, de la disponibilité du crédit, de l’application des contrats et de nombreux autres facteurs.

Vous trouverez ci-dessous les 10 premières économies du monde pour la facilité de faire des affaires.

1er rang – Nouvelle-Zélande

Pour la troisième année consécutive, la Nouvelle-Zélande a conservé sa position au sommet de la facilité de faire des affaires, de l’architecture réglementaire, de la facilité des procédures et de l’absence de bureaucratie. En fait, l’appui du gouvernement à la numérisation de l’observation simplifiée auprès du ministère des Finances a joué un rôle énorme dans la reconnaissance de sa position de numéro un mondial.

Grâce à cette initiative de transformation numérique, les entreprises peuvent simplifier tous les travaux liés à la fiscalité sans aucun problème juridique. Situé à des milliers de kilomètres des principaux marchés occidentaux, ce pays éloigné a récolté les fruits du commerce mondial. De plus, la Nouvelle-Zélande a le plus petit nombre de procédures pour le démarrage d’une entreprise.

2e rang – Singapour

Singapour s’est classée au deuxième rang parmi les 190 pays de la Banque mondiale qui publient des rapports d’activité. Le rang de Singapour est resté inchangé par rapport à l’année 2017. La raison en est la facilité de faire des affaires est l’emplacement du pays, sa juridiction fiscale, son attitude favorable aux affaires, ses politiques d’immigration flexibles et la meilleure main-d’œuvre professionnelle au monde, ce qui offre d’importantes possibilités d’accès au marché international.

3e rang – Danemark

Sur 190 pays dans le monde, le Danemark est le troisième meilleur pays pour faire des affaires selon le rapport de la banque mondiale. Le pays offre aux investisseurs étrangers un faible taux d’imposition des sociétés et plusieurs autres incitations telles qu’un système fiscal spécial pour les expatriés les mieux payés et des cotisations sociales nulles.

Indépendamment du coût élevé des permis de construire, du coût d’obtention d’un raccordement au réseau d’égout et d’eau et du coût des permis de construire, le pays occupe toujours la première place dans l’ensemble du processus de construction et pour le commerce transfrontalier.

4e rang – Hong Kong

En tant que porte d’entrée vers la Chine, centre financier et centre d’affaires du pays, Hong Kong offre une multitude de possibilités aux gens qui y font des affaires. Hong Kong est cité comme un endroit idéal pour établir des sociétés étrangères et avoir accès à une économie digne de confiance, à une infrastructure de classe mondiale, à une juridiction fiscale favorable, à un marché international et à un système juridique productif.

De ces dix dernières années, Hong Kong maintient sa position parmi les premières économies du monde dans le rapport avec sa loi sur la protection contre la faillite et ses locaux commerciaux. Plus important encore, plusieurs sociétés américaines et européennes délocalisent leurs activités à Hong Kong.

Cette tendance s’explique par des politiques fiscales favorables, des taux de salaire plus bas et un environnement de travail flexible. En conséquence, le rang de Hong Kong s’est amélioré, passant de 5 en 2017 à 4 en 2018. La facilité de faire des affaires à Hong Kong s’est établie en moyenne à 3,36 entre 2008 et 2018, atteignant un sommet historique de 5 en 2014 et un creux record de 2 en 2010.

5e rang – Corée du Sud

La Corée du Sud se classe au cinquième rang pour l’exécution des contrats, l’obtention d’électricité et le démarrage d’une entreprise. Le pays applique un taux d’imposition des sociétés pour les entités étrangères appropriées et a même approuvé une augmentation de 3 % de l’impôt cette année afin de financer de nouveaux emplois dans le secteur public et des programmes de protection sociale.

6e rang – Géorgie

La Géorgie se classe au sixième rang selon le rapport d’activité pour 2019. Au cours des trois dernières années, le pays a continué de progresser dans le classement en apportant des changements importants au cadre réglementaire local. La protection des actionnaires minoritaires et les procédures d’insolvabilité ont été rendues plus accessibles aux créanciers et aux débiteurs. Même l’électricité a été rendue abordable et les processus de conformité fiscale ont été simplifiés pour leurs entrepreneurs.

7e rang – Norvège

Indépendamment de sa population plus petite, son pouvoir d’achat est suffisamment fort en raison de sa répartition égale des richesses et de son niveau de vie plus élevé. Cette année, le pays a rendu le paiement de l’impôt moins coûteux en réduisant le taux d’imposition des sociétés afin d’attirer les investisseurs étrangers. En outre, la Norvège s’est particulièrement bien comportée en matière de résolution de l’insolvabilité, qui prend en moyenne 0,9 an et coûte 1 % d’une masse.

8e rang – États-Unis

Les États-Unis sont la plaque tournante des entreprises technologiques les plus en vue dans le monde, comme Amazon, Google, Facebook et Twitter. Le pays se classe également au troisième rang pour la résolution de l’insolvabilité et l’abaissement des obstacles réglementaires. Plus important encore, la procédure de création d’une entité commerciale est facile, les lois du travail sont favorables aux employeurs et son système juridique est développé et transparent. Entre-temps, l’information sur la propriété foncière est disponible gratuitement aux États-Unis.

9e rang – Royaume-Uni

Malgré les négociations en cours avec Brexit qui menacent de délocaliser plusieurs institutions financières du Royaume-Uni, le pays parvient toujours à rester au même endroit que l’année dernière et attire de nombreux clients fortunés. Toutefois, le pays est passé du 20e au 29e rang pour la facilité d’accès au crédit. Il est également passé de la 10e à la 23e place pour la facilité de paiement des impôts, après que le processus de dépôt des déclarations fiscales soit devenu plus difficile.

10e rang – Macédoine

Étant la seule économie à revenu moyen-supérieur de la liste, la Macédoine est en dixième position et a réalisé un chiffre d’affaires de 1,5 milliard d’euros.